Bashar Kiwan et la presse gratuite au Moyent Orient

Bashar Kiwan et la presse gratuite

Fondateur du concept de la presse gratuite au Moyen-Orient, Bashar Kiwan a créé le tout premier journal d’annonces immobilières du monde arabe. Sa particularité : la gratuité. Ses résultats : une fortune colossale de quelques millions de dollars et un succès universel au-delà de toute attente.

Le concept « Presse Gratuite » au Moyen-Orient

Au départ, Bashar Kiwan voulait aider ses parents à vendre leur propriété en France en publiant une annonce sur un journal. L’affaire fut conclue immédiatement. Après cette première réussite, il a vite pensé au succès que pouvait avoir un tel moyen de communication au Moyen-Orient. Ressentant le potentiel d’un journal gratuit, le jeune syrien a décidé d’approfondir ses connaissances dans l’univers des médias en faisant un stage dans un journal local à Montpellier. De retour au Koweït où ses parents s’étaient installés, il commence des démarches laborieuses pour obtenir une licence. Des démarches qui ont fini par aboutir ! Vu le succès rencontré au Koweït, le projet fut développé dans d’autres pays voisins à savoir l’Égypte, la Syrie, le Liban, les Émirats Arabes, etc.

Derrière la gratuité : une stratégie marketing redoutable

Sur ce coup, Bachar Kiwan a su faire preuve d’un génie inégalable dans le domaine du commerce. Proposer une presse gratuite permet, dans un premier temps, de rassembler une base d’utilisateurs qui, par la suite, deviennent des clients potentiels en mesure d’acheter tout produit ou service proposé. Même si le concept n’est pas nouveau, le marketeur en a tiré profit en l’adaptant aux attentes et aux coutumes d’achat des consommateurs du Moyen-Orient. Ce qu’il faut savoir, c’est que l’économie arabe n’utilisait pas autant de moyens de communication qu’en Occident. Bashar Kiwan a ainsi repéré cette défaillance et a fini par l’utiliser à son profit : gagner la confiance des utilisateurs en premier lieu avant d’installer une relation commerciale fondée aussi sur l’honnêteté.

Le passage au digital: une transition nécessaire et profitable

La société AWI, qui a commencé son activité en utilisant un support en papier, a du se conformer aux exigences d’utilisateurs qui ont rejoint k’ère du numérique. Le passage au digital s’est donc imposé de lui-même comme un cheminement naturel et inévitable dans le monde des médias. Depuis, 7 sites internet ont été mis en ligne dont layalina.com : le premier site arabe spécialisé dans la mode, la beauté, le maquillage et l’actualité des stars. Même si ces plateformes ont réussi à attirer plus de 11 millions d’utilisateurs par jour, elles se sont vite heurtées à une rude concurrence avec les réseaux sociaux. Désormais, ces sites ont été convertis en applications qui se distinguent par une meilleure connaissance du marché local et par leur spécialisation dans la transaction commerciale.